Laptop : le haut de gamme vaut-il encore le coup ?

30 Avril 2018

4 min de lecture

Avec des composants toujours plus performants, les ordinateurs portables, même d’entrée de gamme, permettent de réaliser un grand nombre de tâches. Alors les entreprises renoncent parfois à dépenser plus. Un mauvais calcul pour plusieurs raisons !

Ils sont toujours plus puissants d’année en année. Si opter pour un ordinateur portable impliquait à l’origine de devoir rogner sur les performances, les machines d’aujourd’hui n’ont plus rien à envier à leurs homologues de bureau. À tel point que les entreprises ont parfois tendance à penser qu’un notebook d’entrée de gamme sera largement suffisant pour effectuer les missions qu’on attend de lui. Mais c’est sans compter la question essentielle de l’usage. Pour un professionnel qui n’utiliserait son ordinateur que pour des tâches bureautiques basiques et souhaiterait être équipé d’un portable afin de travailler ponctuellement de chez lui, inutile effectivement d’investir dans une station de travail. Cela dit, de nombreux scénarios d’utilisation peuvent justifier de mettre quelques euros de plus dans la balance.

 

Productif en toutes circonstances

 

Le choix d’un appareil mobile implique une utilisation… mobile. Évidemment. Mais la mobilité peut prendre une multitude de formes. Si le home-office offre des conditions de travail confortables, de plus en plus de professionnels travaillent en déplacement et doivent donc s’adapter en permanence à leur environnement, qu’ils soient chez un client, dans les transports, au restaurant… Dans ce type de situation, un appareil comme le EliteBook x360 va offrir cinq modes d’utilisation différents grâce à son écran rotatif sur 360°. Un gain de confort qui permet de gagner en productivité et de rentabiliser le surcoût.

 

À l’épreuve du terrain

 

Même si les applications utilisées ne réclament pas une grande puissance de calcul, l’environnement de travail peut lui être particulièrement exigeant. Les agents de terrain ont eux aussi recours à l’informatique pour effectuer des relevés sur un chantier ou accéder à des notices techniques dans une usine par exemple. L’ordinateur portable se doit donc d’être robuste. La gamme HP Elite est conçue pour passer avec succès des tests selon les normes militaires américaines MIL-STD-810G. Acquérir un appareil résistant aux vibrations, à la poussière, aux chutes, à l’eau ou à des températures extrêmes nécessitera évidemment un budget plus important, mais évitera de devoir le réparer, voire même de le remplacer, après seulement quelques semaines ou mois d’utilisation. Sans compter le coût pour l’entreprise d’un employé qui se déplace à l’extérieur et ne peut finalement pas accomplir sa tâche en raison d’un matériel inadapté.

 

La valeur de la donnée

 

N’importe quel ordinateur portable est capable d’exécuter un tableur ou un traitement de texte. Mais tous ne protègeront pas de la même façon les données qu’ils contiennent. Car qui dit mobilité dit généralement informations qui vont sortir de l’entreprise. La valeur de l’appareil ne sera alors peut-être pas dans sa configuration ultra-performante mais bien dans les mesures de protection nativement embarquées pour garantir la sécurité des données. Un PC comme le HP EliteBook 1040 par exemple, intègre des défenses contre des sites web infestés par des programmes malveillants, des ransomware ou des virus (HP Sure Click), mais aussi contre le piratage visuel (HP Sure View) avec un filtre de confidentialité intégré, ou encore contre les intrusions (HP Multi Factor Authenticate). Des technologies qui rendent le terminal plus onéreux à l’achat, mais combien coûterait la perte d’une base clients ou le vol d’une nouvelle gamme de produits encore confidentielle ?

 

La puissance créatrice

 

Dans un monde collaboratif et basé sur le visuel, de très nombreux employés deviennent des créateurs. Si Powerpoint et Word ne requièrent pas une puissance phénoménale pour fonctionner, dès qu’il s‘agit d’adjoindre de l’image ou de la vidéo, leur gourmandise augmente rapidement. En parallèle et de plus en plus souvent, nombreux sont ceux qui modifient eux-mêmes des images, des schémas, voire des vidéos. Dans une gamme d’ordinateurs, opter pour le modèle qui intègre plus de mémoire et un processeur plus puissant, coûte certes un peu plus cher mais le gain de temps à l’ouverture ou au traitement du fichier et la garantie d’une diffusion fluide permettent finalement d’en économiser.  

Reste que pour certains utilisateurs, le prix est bien une question de performances. Spécialistes de la CAO, de l’ingénierie, de la vidéo ou de la réalité virtuelle, ces professionnels ont besoin d’énormément de ressources pour faire tourner leurs applications. Processeurs dernière génération, stockage SSD et cartes graphiques puissantes sont des alliés indispensables. Et si de telles machines sont effectivement parmi les plus chères du marché, ce sont également celles qui offriront le meilleur TCO (Total Cost of Ownership ou coût total de possession). Avec une configuration de haut niveau, ces professionnels seront en effet à même de travailler plus rapidement, ce qui se traduira par un bénéfice immédiat pour l’entreprise. Cette dernière aura par ailleurs de plus grandes chances d’attirer les meilleurs talents en leur proposant un outil de travail haut de gamme.

 

Lorsqu’une entreprise décide de s’équiper en ordinateurs portables, la question n’est finalement pas de savoir si elle doit s’orienter vers l’entrée de gamme ou le haut de gamme, mais bien de cerner avec précision l’usage qui va être fait par chacun des collaborateurs. Et la puissance brute n’est pas le seul critère à prendre en compte. Ce sont les besoins des différents types de métiers et les conditions de travail dans leur ensemble qui détermineront les caractéristiques idéales des futures machines.